Carte Blanche

Un membre de la CFEJ apporte un éclairage sur un thème d’actualité.


Une formation adéquate en travail social dans le domaine enfance et jeunesse

En Suisse, seule la moitié des personnes actives dans le travail social dispose d’une formation en travail social. Tout un chacun peut être déclaré travailleur social, éducatrice sociale ou assistant social sans avoir jamais suivi une formation correspondante. Cette situation est très problématique, en particulier pour les enfants et les jeunes, un des groupes-cibles centraux du travail social. 

Dans sa carte blanche, Emilie Graff, vice-présidente de la CFEJ et co-secrétaire générale d’AvenirSocial, décrit, chiffres à l’appui, la situation actuelle et montre pourquoi une formation en travail social est nécessaire, en particulier pour assurer une meilleure protection de l’enfant et le respect de ses droits. Elle décrit la campagne uneformationvadesoi.ch lancée par AvenirSocial et les diverses mesures à mettre en œuvre.

Hommage à Olivier Guéniat, membre de la CFEJ de 2008 à 2015

L’annonce du décès d’Olivier Guéniat, le 15 mai 2017, a profondément touché les membres de la CFEJ qui l’ont côtoyé. Par son expertise, son engagement et sa personnalité, Olivier Guéniat a contribué de manière essentielle à l’action de la CFEJ. Esprit brillant, alliant compétences et vision, il s’est engagé pour une politique de la jeunesse transversale, déconstruisant par les faits les préjugés à l’encontre des jeunes. Au-delà de son expertise, Olivier Guéniat a marqué la vie de la commission par son esprit vif, son humour et sa bienveillance.  

Pierre Maudet, président de la CFEJ de 2005 à 2015 et conseiller d’Etat chargé du département de la sécurité et de l'économie du canton de Genève et Emilie Graff, vice-présidente de la CFEJ et co-secrétaire générale d’Avenir social lui rendent hommage.

Olivier Guéniat intervenant à un Congrès du SPJ Vaud sur la participation de l'enfant, septembre 2015


Regards sur l’animation socioculturelle en Suisse romande et en Suisse alémanique

Existe-t-il une « barrière des röstis » dans la manière de concevoir et de mettre en œuvre l’animation socioculturelle auprès des jeunes ? La CFEJ a donné la parole à deux de ses membres engagés de longue date dans ce domaine. Alexandre Bédat, chef du Service de la jeunesse de La Chaux-de-Fonds, et Véronique Alessio-Isler, animatrice socioculturelle et professionnelle du travail social en milieu scolaire dans le canton de Bâle-Campagne, apporteront un éclairage personnel sur le développement historique, les principes d’action, les groupes cibles et l’organisation de l’animation socioculturelle en Suisse romande, respectivement en Suisse alémanique.