Administration fédérale admin.ch
Département fédéral de l'intérieur DFI
Commission fédérale pour l'enfance et la jeunesse CFEJ
Recherche dans la CFEJ

Inventer et construire la Suisse de demain avec les jeunes



En 2014 et 2015, la Commission fédérale pour l’enfance et la jeunesse (CFEJ) a mené une vaste étude sur les sensibilités des jeunes atteignant bientôt la majorité civique, « Ma Suisse et moi ». Les résultats montrent la confiance que les jeunes ont dans le pays et ses institutions, leur permettant ainsi de trouver leur voie en matière d’épanouissement personnel, familial ou encore professionnel. Cependant, cette étude révèle aussi trois lignes de partage pouvant avoir des impacts conséquents en termes d’égalité des chances et de cohésion nationale:

- entre Suisses « de souche » et Suisses d’origine mixte, ou étrangères et étrangers résidents ;
- entre hommes et femmes ;
- entre jeunes du Tessin et jeunes des autres régions de la Suisse.

La mission première de la CFEJ est de servir d’interface d’échanges, de réflexions et de propositions. Ces clivages soulèvent de sérieuses questions qu’il conviendra d’aborder de manière approfondie ces prochaines années, tant en termes de cohésion sociale et de diversité culturelle que de capacité d’évolution de notre pays. La CFEJ intégrera ces questions dans son programme de travail et elles nourriront la réflexion autour des futurs thèmes prioritaires de la commission.

Respecter la perspective des enfants et des jeunes, c’est aussi aborder toute question à l’aune de son impact sur les générations futures : les changements climatiques, les flux migratoires, l’influence des technologies numériques sur le monde du travail, le vieillissement de la population, la place des loisirs ou tout simplement des relations humaines. Face à ces enjeux, les jeunes sont dans une situation paradoxale : assurément rapides et vifs pour les capter, ils/elles peuvent néanmoins se sentir désécurisés lorsque les choix des adultes paraissent, à tort ou raison, peu lisibles et efficaces pour y faire face.

Même si les jeunes n’ont pas de pouvoir décisionnel sur un plan institutionnel, je suis profondément convaincu de l’intérêt de leur donner toute l’attention nécessaire pour entendre leurs perceptions, leurs remarques, leurs idées, et échanger ouvertement avec eux/elles. La CFEJ se doit de contribuer activement, avec tout le réseau des partenaires concernés, et avec les enfants et les jeunes eux-mêmes, au débat public pour agir comme une plateforme entreprenante, ouverte, créative et dynamique.

Sami Kanaan
Président